Nous joindre

"Les Réflexions
de Raymond Gravel.org"
626 rue Champagne
Joliette (Québec) J6E 3L2

Le ciel maintenant
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(23 juillet 2017)

Les mutants sont parmi nous
Jacques Godbout
(25 septembre 2016)

Les principaux codes de l'apocalypse
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(11 septembre 2016)

Propositions pour une Église d'avenir
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(28 août 2016)

Pardonner: Naïveté ou sagesse?
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(5 juin 2016)

Vivre déjà dans la miséricorde!
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(22 mai 2016)

Ni relativisme ni absolutisme: pour un christianisme d'ici
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(15 mai 2016)

Quand la religion se fait prétexte
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(1 mai 2016)

Satan et l'enfer: On en parle encore?
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(24 avril 2016)

Pour se défaire des ses poisons, pour une foi possible encore!
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(17 avril 2016)

L'Apocalypse: terreur ou joyeuse nouvelle?
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(10 avril 2016)

Résurrection: mais pour quel corps?
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(27 mars 2016)

Une vie achevée en résurrection
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(20 mars 2016)

Péché originel ou manque originel de moyen de salut?
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(28 février 2016)

Dieu absent ou réduit au silence?
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(28 février 2016)

Notre Père: une prière tournée vers l'avenir
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(21 février 2016)

Réflexions antérieures




Évangile du 23 juillet 2017

Seizième dimanche du temps ordinaire
Matthieu (Mt 13,24-43)

En ce temps-là, Jésus proposa cette parabole à la foule : « Le royaume des Cieux est comparable à un homme qui a semé du bon grain dans son champ. Or, pendant que les gens dormaient, son ennemi survint ; il sema de l’ivraie au milieu du blé et s’en alla. Quand la tige poussa et produisit l’épi, alors l’ivraie apparut aussi.
Les serviteurs du maître vinrent lui dire : “Seigneur, n’est-ce pas du bon grain que tu as semé dans ton champ ? D’où vient donc qu’il y a de l’ivraie ?”
Il leur dit : “C’est un ennemi qui a fait cela.” Les serviteurs lui disent : “Veux-tu donc que nous allions l’enlever ?”
Il répond : “Non, en enlevant l’ivraie, vous risquez d’arracher le blé en même temps. Laissez-les pousser ensemble jusqu’à la moisson ; et, au temps de la moisson, je dirai aux moissonneurs : Enlevez d’abord l’ivraie, liez-la en bottes pour la brûler ; quant au blé, ramassez-le pour le rentrer dans mon grenier.” »
Il leur proposa une autre parabole : « Le royaume des Cieux est comparable à une graine de moutarde qu’un homme a prise et qu’il a semée dans son champ. C’est la plus petite de toutes les semences, mais, quand elle a poussé, elle dépasse les autres plantes potagères et devient un arbre, si bien que les oiseaux du ciel viennent et font leurs nids dans ses branches. »
Il leur dit une autre parabole : « Le royaume des Cieux est comparable au levain qu’une femme a pris et qu’elle a enfoui dans trois mesures de farine, jusqu’à ce que toute la pâte ait levé. »
Tout cela, Jésus le dit aux foules en paraboles, et il ne leur disait rien sans parabole, accomplissant ainsi la parole du prophète : ‘J’ouvrirai la bouche pour des paraboles, je publierai ce qui fut caché depuis la fondation du monde.’
Alors, laissant les foules, il vint à la maison. Ses disciples s’approchèrent et lui dirent : « Explique-nous clairement la parabole de l’ivraie dans le champ. »
Il leur répondit : « Celui qui sème le bon grain, c’est le Fils de l’homme ; le champ, c’est le monde ; le bon grain, ce sont les fils du Royaume ; l’ivraie, ce sont les fils du Mauvais. L’ennemi qui l’a semée, c’est le diable ; la moisson, c’est la fin du monde ; les moissonneurs, ce sont les anges. De même que l’on enlève l’ivraie pour la jeter au feu, ainsi en sera-t-il à la fin du monde.
Le Fils de l’homme enverra ses anges, et ils enlèveront de son Royaume toutes les causes de chute et ceux qui font le mal ; ils les jetteront dans la fournaise : là, il y aura des pleurs et des grincements de dents.
Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père. Celui qui a des oreilles, qu’il entende ! »


Seizième dimanche du temps ordinaire dimanche du temps ordinaire (23 juillet 2017)
Homélie par Claude Ritchie, ptre

Construire pierre par pierre l’édifice du royaume

Les lectures d’aujourd’hui nous invitent pour ainsi dire à voir en Dieu un être de nuances. Dieu ne serait pas un « radical ». On aime bien parfois des jugements tranchants, définitifs et clairs, des gestes d’éclat. Pourtant, dans les textes de ce jour, le Seigneur semble plutôt prêt à laisser du temps aux vivants afin que leur vraie valeur puisse s’épanouir et se révéler. Dieu nous donne en quelque sorte l’exemple d’un discernement sans précipitation et sans faux mouvements… Avec le psaume 85, nous affirmons que le Seigneur « est lent à la colère, plein d’amour et de vérité ».

Dans la première des paraboles évangéliques lues aujourd’hui, le maître ne consent pas à la suggestion de ses serviteurs bien intentionnés qui lui demandent la permission d’aller arracher tout de suite l’ivraie qui pousse en même temps que le blé. Le maître est ici prudent et sage. Il ne s’emporte ni ne s’emballe. Il pense à long terme. Il anticipe et connaît l’heure où aura lieu la séparation entre le bon grain qui est valable et ce qui est n’est au bout du compte que de la paille.

Texte intégral



Raymond Gravel, un sacré curé!

Présentation du documentaire
Présenté le jeudi 13 aoùt 2015 à Télé-Québec.
L’abbé Raymond Gravel ne sera jamais canonisé, mais sa vie en aura inspiré plus d’un. Ordonné prêtre en 1986, il a osé remettre en question les dogmes de l’Église catholique, notamment à propos du mariage entre conjoints de même sexe, du droit à l’avortement et de l’euthanasie.
L’amour de l’abbé Gravel pour l’Église l’a poussé à tenter de la moderniser, voire de la défier de l’intérieur pour la rapprocher du message évangélique auquel il croyait. En plus d’avoir été prêtre, Raymond Gravel a aussi été aumônier auprès des pompiers et des policiers, et avant cela, député fédéral pour le Bloc québécois, barman et prostitué. Quel a été le parcours de l’homme derrière le personnage public? Qu’est-ce qui l’a conduit à devenir prêtre alors qu’il a ensuite sévèrement critiqué son institution? (Source: Télé-Québec)

Disponible en visionnement.


Disponible en librairie



Une biographie complète et autorisée a été rédigée avec beaucoup de professionnalisme par M. Claude Gravel.

Pour connaître la vie de l'abbé Raymond Gravel, ce prêtre hors du commun qui nous a quitté le 11 août dernier, ce livre saura sûrement vous intéresser.


Pour en savoir davantage...




par Pierre-Gervais Majeau, ptre

La parabole du phénix


Le phénix, venant d’Arabie, parut un beau jour dans nos bois. Cela fit grand bruit chez les oiseaux. Leur troupe réunie vole alors pour lui faire la cour. Chacun l’observe, l’examine : son plumage, sa voix, son chant mélodieux. Tout est beauté, grâce divine! Tout charme l’oreille et les yeux. Pour la première fois, on vit céder l’envie au besoin de louer et d’aimer son vainqueur. Le rossignol disait : « Jamais tant de douceur n’enchanta mon âme ravie. » Et le paon ajouta : « Jamais de plus belles couleurs n’ont eu cet éclat que j’admire. Il éblouit mes yeux et toujours les attire. » Les autres oiseaux répétaient ces éloges flatteurs et vantaient le privilège unique de ce roi des oiseaux, de ce fils du ciel qui, devenu vieux, se consume sur un bûcher de cèdre aromatique et renaît alors immortel.
Pendant tous ces discours, la seule tourterelle fit un soupir sans rien dire.

Texte intégral

Paraboles antérieures


Disponible en librairie

Pierre-Gervais Majeau relit ici l’Évangile à la lumière des fables de grands auteurs de toutes les époques, d’Ésope au contemporain Bruno Ferrero en passant par Jean de La Fontaine. Textes laïques et chrétiens s’éclairent alors mutuellement, les premiers dévoilant toute leur profondeur spirituelle et les seconds toute leur humanité.

Une fenêtre ouverte sur la liberté et sur la vie en plénitude. Des fables et textes évangéliques réunis dans un réjouissant mariage. Une lecture spirituelle à portée universelle.

Éditions Médiaspaul
256 pages



Mise à jour le 19 juillet 2017  -   Contacter le webmestre

© 2017   Réflexions Raymond Gravel
        
un compteur pour votre site  Visiteurs depuis le 14 juillet 2015