Si le Messie était l'un de nous?
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(23 décembre 2018)

Noël : quand le Dieu-Père tombe en amour
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(23 décembre 2018)

Le ciel maintenant
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(23 juillet 2017)

Les mutants sont parmi nous
Jacques Godbout
(25 septembre 2016)

Les principaux codes de l'apocalypse
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(11 septembre 2016)

Propositions pour une Église d'avenir
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(28 août 2016)

Pardonner: Naïveté ou sagesse?
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(5 juin 2016)

Vivre déjà dans la miséricorde!
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(22 mai 2016)

Ni relativisme ni absolutisme: pour un christianisme d'ici
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(15 mai 2016)

Quand la religion se fait prétexte
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(1 mai 2016)

Satan et l'enfer: On en parle encore?
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(24 avril 2016)

Pour se défaire des ses poisons, pour une foi possible encore!
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(17 avril 2016)

L'Apocalypse: terreur ou joyeuse nouvelle?
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(10 avril 2016)

Résurrection: mais pour quel corps?
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(27 mars 2016)

Une vie achevée en résurrection
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(20 mars 2016)

Péché originel ou manque originel de moyen de salut?
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(28 février 2016)

Dieu absent ou réduit au silence?
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(28 février 2016)

Notre Père: une prière tournée vers l'avenir
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(21 février 2016)

Réflexions antérieures




Évangile du 26 janvier 2020

Troisième dimanche du temps ordinaire
Matthieu (Mt 4,12-23)

Quand Jésus apprit l’arrestation de Jean le Baptiste, il se retira en Galilée. Il quitta Nazareth et vint habiter à Capharnaüm, ville située au bord de la mer de Galilée, dans les territoires de Zabulon et de Nephtali. C’était pour que soit accomplie la parole prononcée par le prophète Isaïe : ‘Pays de Zabulon et pays de Nephtali, route de la mer et pays au-delà du Jourdain, Galilée des nations !
Le peuple qui habitait dans les ténèbres a vu une grande lumière. Sur ceux qui habitaient dans le pays et l’ombre de la mort, une lumière s’est levée.’
À partir de ce moment, Jésus commença à proclamer : « Convertissez-vous, car le royaume des Cieux est tout proche. »
Comme il marchait le long de la mer de Galilée, il vit deux frères, Simon, appelé Pierre, et son frère André, qui jetaient leurs filets dans la mer ; car c’étaient des pêcheurs.
Jésus leur dit : « Venez à ma suite, et je vous ferai pêcheurs d’hommes. »
Aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent.
De là, il avança et il vit deux autres frères, Jacques, fils de Zébédée, et son frère Jean, qui étaient dans la barque avec leur père, en train de réparer leurs filets. Il les appela.
Aussitôt, laissant la barque et leur père, ils le suivirent.
Jésus parcourait toute la Galilée ; il enseignait dans leurs synagogues, proclamait l’Évangile du Royaume, guérissait toute maladie et toute infirmité dans le peuple.”



Troisième dimanche du temps ordinaire (26 janvier 2020)
Homélie par Claude Ritchie, prêtre

Jésus est partie prenante de notre monde

Où Jésus habitait-il ? Le texte extrait de l’évangile selon Matthieu nous dit aujourd’hui qu’il « vint habiter à Capharnaüm ». Le nom de cette ville est devenu en fait un nom commun qui désigne un endroit embarrassé et sans dessus dessous, un lieu encombré et désordonné. Même que le dictionnaire donne comme synonymes de « capharnaüm » : « écurie », « porcherie », « soue », « bazar »… C’est dire un peu que le nom de la ville de « Capharnaüm » est ainsi passé dans le langage courant pour nommer en quelque sorte le désordre.
Il me semble significatif que l’Évangile nous indique que c’est « là » – à Capharnaüm – que Jésus est venu habiter. Il ne s’est pas établi dans un lieu tranquille, propre et sans dérangements. Il est venu s’installer là où ça « grouille et grenouille ».

Texte intégral



Raymond Gravel, un sacré curé!

Présentation du documentaire
Présenté le jeudi 13 aoùt 2015 à Télé-Québec.
L’abbé Raymond Gravel ne sera jamais canonisé, mais sa vie en aura inspiré plus d’un. Ordonné prêtre en 1986, il a osé remettre en question les dogmes de l’Église catholique, notamment à propos du mariage entre conjoints de même sexe, du droit à l’avortement et de l’euthanasie.
L’amour de l’abbé Gravel pour l’Église l’a poussé à tenter de la moderniser, voire de la défier de l’intérieur pour la rapprocher du message évangélique auquel il croyait. En plus d’avoir été prêtre, Raymond Gravel a aussi été aumônier auprès des pompiers et des policiers, et avant cela, député fédéral pour le Bloc québécois, barman et prostitué. Quel a été le parcours de l’homme derrière le personnage public? Qu’est-ce qui l’a conduit à devenir prêtre alors qu’il a ensuite sévèrement critiqué son institution? (Source: Télé-Québec)

Disponible en visionnement.


Disponible en librairie



Une biographie complète et autorisée a été rédigée avec beaucoup de professionnalisme par M. Claude Gravel.

Pour connaître la vie de l'abbé Raymond Gravel, ce prêtre hors du commun qui nous a quitté le 11 août dernier, ce livre saura sûrement vous intéresser.


Pour en savoir davantage...



par Pierre-Gervais Majeau, ptre

La parabole du bal


Un matin, le mensonge et la vérité se rencontrèrent au pied du chêne où le juge avait coutume de rendre justice. Et tout le monde se mirent à faire de vifs commentaires à ce propos. Le mensonge dit en riant à la vérité : « Ma toute belle, depuis longtemps, il existe entre nous quelques sots différends. Terminons la querelle. Demain, Plutus donne un grand bal. Venez-y et nous verrons qui plaira davantage et tant pis pour celui qui s’en trouvera mal! » Comme la vérité n’a jamais manqué de courage, elle promit illico de se rendre au bal. C’est le mensonge qui arriva le premier à ce bal chez Plutus. Il arriva chamarré, scintillant, parfumé, souriant; en l’accueillant Plutus lui donna la meilleure place au salon. Le mensonge s’allongea alors sur un divan bien capitonné et fit le grand seigneur. Quel est ce grand seigneur? demandait -on et on répondait : C’est Monseigneur Mensonge. Et on disait qu’il avait le meilleur ton.

Texte intégral


Disponible en librairie

Pierre-Gervais Majeau relit ici l’Évangile à la lumière des fables de grands auteurs de toutes les époques, d’Ésope au contemporain Bruno Ferrero en passant par Jean de La Fontaine. Textes laïques et chrétiens s’éclairent alors mutuellement, les premiers dévoilant toute leur profondeur spirituelle et les seconds toute leur humanité.

Une fenêtre ouverte sur la liberté et sur la vie en plénitude. Des fables et textes évangéliques réunis dans un réjouissant mariage. Une lecture spirituelle à portée universelle.

Éditions Médiaspaul
256 pages



Mise à jour le 24 janvier 2020  -   Contacter le webmestre

© 2019   Réflexions Raymond Gravel
        
 Visiteurs depuis le 23 mai 2019