Noël : quand le Dieu-Père tombe en amour
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(23 décembre 2018)

Le ciel maintenant
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(23 juillet 2017)

Les mutants sont parmi nous
Jacques Godbout
(25 septembre 2016)

Les principaux codes de l'apocalypse
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(11 septembre 2016)

Propositions pour une Église d'avenir
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(28 août 2016)

Pardonner: Naïveté ou sagesse?
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(5 juin 2016)

Vivre déjà dans la miséricorde!
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(22 mai 2016)

Ni relativisme ni absolutisme: pour un christianisme d'ici
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(15 mai 2016)

Quand la religion se fait prétexte
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(1 mai 2016)

Satan et l'enfer: On en parle encore?
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(24 avril 2016)

Pour se défaire des ses poisons, pour une foi possible encore!
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(17 avril 2016)

L'Apocalypse: terreur ou joyeuse nouvelle?
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(10 avril 2016)

Résurrection: mais pour quel corps?
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(27 mars 2016)

Une vie achevée en résurrection
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(20 mars 2016)

Péché originel ou manque originel de moyen de salut?
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(28 février 2016)

Dieu absent ou réduit au silence?
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(28 février 2016)

Notre Père: une prière tournée vers l'avenir
Pierre-Gervais Majeau, ptre, diocèse de Joliette
(21 février 2016)

Réflexions antérieures




Évangile du 26 mai 2019

Sixième dimanche de Pâques
Jean (Jn 14,23-29)

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure.
Celui qui ne m’aime pas ne garde pas mes paroles. Or, la parole que vous entendez n’est pas de moi : elle est du Père, qui m’a envoyé. Je vous parle ainsi, tant que je demeure avec vous ; mais le Défenseur, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit. »
Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix ; ce n’est pas à la manière du monde que je vous la donne. Que votre cœur ne soit pas bouleversé ni effrayé. Vous avez entendu ce que je vous ai dit : Je m’en vais, et je reviens vers vous. Si vous m’aimiez, vous seriez dans la joie puisque je pars vers le Père, car le Père est plus grand que moi.
Je vous ai dit ces choses maintenant, avant qu’elles n’arrivent ; ainsi, lorsqu’elles arriveront, vous croirez.


Sixième dimanche de Pâques (26 mai 2019)
Homélie par Pierre-Gervais Majeau, prêtre

Le chemin de la foi c'est l'amour

Quand on lit ce matin l’extrait des Actes des Apôtres, on a l’impression d’assister à un synode des évêques à Rome. Les uns pensent que pour sauver l’Église, il faut de la rigueur, du dogme et des rites contraignants tandis que d’autres pensent que la foi passe par le chemin de l’amour. La question posée par cet extrait du livre des Actes est de taille et elle s’est posée dès le début de l’Église : qu’est-ce qui sauve : la pratique de la Loi ou la vie dans la foi? La question était de taille et elle a soulevé des débats houleux à Antioche. La même question habite encore nos débats en Église. Il est vrai qu’une religion bien contraignante et bien musclée a plus de chances de traverser le temps et de se sauver elle-même! Mais ce qui sauve dira Paul c’est pratique de la foi. La question soulevée à Antioche, berceau de la diaspora chrétienne, rebondira à Jérusalem et donnera lieu à un synode très courageux qui sauve l’évangélisation au début de l’ère apostolique. Encore aujourd’hui, faudrait-il encore s’inspirer de cette pratique de la synodalité pour réorienter nos débats ecclésiaux vers les véritables enjeux de la vie chrétienne dans un siècle sécularisé. Et encore aujourd’hui, de grandes traditions religieuses, est-il besoin de les nommer, ont un besoin urgent de se repenser pour éviter leur implosion!

Texte intégral



Raymond Gravel, un sacré curé!

Présentation du documentaire
Présenté le jeudi 13 aoùt 2015 à Télé-Québec.
L’abbé Raymond Gravel ne sera jamais canonisé, mais sa vie en aura inspiré plus d’un. Ordonné prêtre en 1986, il a osé remettre en question les dogmes de l’Église catholique, notamment à propos du mariage entre conjoints de même sexe, du droit à l’avortement et de l’euthanasie.
L’amour de l’abbé Gravel pour l’Église l’a poussé à tenter de la moderniser, voire de la défier de l’intérieur pour la rapprocher du message évangélique auquel il croyait. En plus d’avoir été prêtre, Raymond Gravel a aussi été aumônier auprès des pompiers et des policiers, et avant cela, député fédéral pour le Bloc québécois, barman et prostitué. Quel a été le parcours de l’homme derrière le personnage public? Qu’est-ce qui l’a conduit à devenir prêtre alors qu’il a ensuite sévèrement critiqué son institution? (Source: Télé-Québec)

Disponible en visionnement.


Disponible en librairie



Une biographie complète et autorisée a été rédigée avec beaucoup de professionnalisme par M. Claude Gravel.

Pour connaître la vie de l'abbé Raymond Gravel, ce prêtre hors du commun qui nous a quitté le 11 août dernier, ce livre saura sûrement vous intéresser.


Pour en savoir davantage...




PÈLERINAGES ET VOYAGES CULTURELS 2019


Vous trouverez, en annexe, les différents pèlerinages et voyages culturels qui auront lieu durant l'année 2019.

Document en annexe



par Pierre-Gervais Majeau, ptre

La parabole de l'enfant et du chat


Un enfant insouciant, qui s’amusait de tout et de rien car tout est passe-temps à cet âge, jouait avec un chat, doucereux personnage, avec qui il partageait les mêmes goûts et les mêmes fantaisies. Cela faisait plaisir de voir toutes les gentillesses dont ce chat régalait son jeune compagnon. L’enfant payait l’esprit de son ami avec des gâteaux, des caresses et le chat multipliait ses tours. Tantôt il fait le mort, tout-à-coup il rebondit, puis s’étend sur le dos, il fait patte de velours; tantôt comme l’éclair, il se précipita au loin, mais revient toujours vers l’enfant. Tout allait bien, quand ce chat hypocrite entendit par hasard une souris marcher. Il veut courir mais l’enfant lui barre le passage. Il insiste; on tient bon, on ne veut pas se fâcher tant est joli son badinage. Alors le chat se fâche; met la griffe en avant, il s’élance sur l’enfant, déchire son visage et vole à la souris plus vite que le vent. Que d’amis semblables à ce chat! Comblez-les de bienfaits, partagez leurs plaisirs; ils sont doux, complaisants, affables; mais ne gênez pas leurs désirs. Dès que votre amitié n’a plus rien qui les flatte, leur amour inconstant s’évapore. Ils ont comme le chat des griffes à la patte, ils vous blessent en vous quittant. (Une fable d’Étienne Azéma)

Texte intégral


Disponible en librairie

Pierre-Gervais Majeau relit ici l’Évangile à la lumière des fables de grands auteurs de toutes les époques, d’Ésope au contemporain Bruno Ferrero en passant par Jean de La Fontaine. Textes laïques et chrétiens s’éclairent alors mutuellement, les premiers dévoilant toute leur profondeur spirituelle et les seconds toute leur humanité.

Une fenêtre ouverte sur la liberté et sur la vie en plénitude. Des fables et textes évangéliques réunis dans un réjouissant mariage. Une lecture spirituelle à portée universelle.

Éditions Médiaspaul
256 pages



Mise à jour le 24 avril 2019  -   Contacter le webmestre

© 2019   Réflexions Raymond Gravel
        
 Visiteurs depuis le 23 mai 2019